I - JEUNE FILLE 

Quelques exemples bibliques pour parler de la jeune fille

Conversion, baptisée d’eau et d’Esprit-Saint (Actes 2/38-39), servir le Dieu vivant et vrai (1Thes 1/9-10, Ep. 2/8, 10), aimée et être fidèle au Seigneur.

a) Gn 24/14-20 : «Rebecca était une jeune fille très belle de figure et vierge. », ce texte montre qu’elle était soumisse, serviable (signifie : être toujours prêt à rendre service) « un esprit de service » (servir : donner, apporter ce quelqu’un demande, aider, être utile à quelqu’un etc.).

b) Esther (Hadassa) était une jeune fille vierge, belle de taille et de figure ; adoptée par son cousin (fille de son oncle), Mardochée (2/5-7).  Le Seigneur s’est servi d’elle pour délivrer Israël et c’est pour cette raison qu’elle a été choisie et couronnée reine de la plus grande empire perse (capitale : Suse) (2/17). Dieu avait un plan pour sa vie et elle a su se laisser conduire par Lui en cherchant sa face par le jeûne et la prière. Elle s’est entièrement confiée au Seigneur.

Comment était-elle ?  Ni orgueilleuse ni prétentieuse, douce, modeste, obéissante, courageuse, sage et soumise. Elle n’a pas méprisé les conseils de son cousin ; dédaigné son héritage racial et spirituel.

c)  2Rois 5/1-3 : son nom n’est pas donné. Le Seigneur s’est servi de son témoignage (Actes 1/8) pour sauver un homme (5/14-15).

d) Les cinq filles de Tselophehad : Nombres27/1-11 (Josué 17/3-6 et Nbres 36). Elles se sont présentées pour intercéder ou plaider leur cause devant Moïse (versets 3b-4). Leur cri a été entendu par le Seigneur. (27/ 8-11) : « La loi sur les héritages a changé en Israël : si un père n’avait pas de fils la loi hébraïque ne prévoyait aucun moyen d’hériter de ses terres. Aussi Dieu déclara qu’une fille pouvait hériter des terres de son père. » ;  « Dieu cherche un homme, une jeune fille » (Ez22/30, Ps 106/23) comme sentinelle. Dieu veut entendre ta voix.

 e) Les  4 filles de l’Evangéliste Philippes : Actes 21/8-9 « elles étaient vierges et prophétisaient »

- Elles étaient converties, remplies du Saint-Esprit et avaient le don de prophétie selon 1Co12/10-11. Lisons Actes 2/17 (Joël 2/28).

Quelques conseils de la part du Seigneur

a) Consacre davantage de temps au service de Dieu.  

1Corinthiens 7/32-35 : Paul explique que l'homme qui est seul est libre de s'atteler à l'œuvre du Seigneur, tandis que l'homme marié est tiraillé entre deux directions. De la même manière, la femme mariée cherche à plaire à son mari, tandis que celle qui ne l'est pas est tout à fait libre de se donner entièrement au service du Seigneur, sans aucune retenue.

a) Mt 6/33 : « Faites donc du règne de Dieu et de ce qui est juste à ses yeux votre préoccupation première, et toutes ces choses vous seront données en plus. »

b) Ps 37/4 « En Dieu, mets ta joie et il comblera les vœux de ton cœur. »

c) Ps 139/14 « Merci d'avoir fait de moi une créature aussi merveilleuse »

Mais mon corps est le temple du Saint-Esprit, il appartient au Seigneur : 1Co 6/13-19 (12,13b, 15-18, 19-20) verset 18 : « Fuyez l’impudicité » et 2Tim 2/22 « Fuis les passions de la jeunesse et recherche la justice, la foi, la charité, la paix, avec eux qui invoque le Seigneur d’un cœur pur.» ; 1Tim 5/22b : « toi-même, conserve-toi pur. » Ce que Dieu veut : 1Thes 4/3-5 (A lire).

d) Enfin, il dit dans 1Co 7/1-2, 7 (Mt19/12), (8-9)

« Cependant, pour éviter toute immoralité, il est préférable que chaque homme ait sa femme et que chaque femme ait son mari. » = se marier.

  • Mais avec qui ? Un frère convertit, qui aime le Seigneur et qui lui est fidèle membre d’une église locale. attention : électrons libres)

 II - COMMENT CHOISIR SON CONJOINT ? 

 a) La prière Gn24/12-14

La prière permet de te faire rencontrer ce que tu désires (Gn24/12) : « fais-moi, je te prie, rencontrer aujourd’hui ce que je désire,… ».

Dieu entend vos prières et il vous convaincra sûrement de sa volonté au travers de son Esprit Saint, mais patientez et demeurez dans un état de cœur ouvert à sa volonté pour attendre la réponse du Seigneur (Ps65/3 : « O toi, qui écoutes la prière. Tous les hommes viendront à toi. ».  

(Gn 24/15, 45a) « Il n’avait pas encore fini de parler que sortit, sa cruche sur l’épaule Rebecca,… », (Verset 56a) : « Dieu a fait réussir mon voyage ».

Le serviteur d’Abraham était un homme pieux qui cherchait la face de Dieu la prière (1Thes 5/17). Il s’est confié au Seigneur en lui recommandant son projet dans la prière (Pr 16/3). Il l’a conduit (guidé) pendant tout le long de son projet (Pr 3/6). Chaque étape dépendait de la direction de Seigneur. Il pouvait demander un signe à Dieu pour qu’il lui indique la jeune fille qu’Il avait choisie (Gn 24/14). Car il savait écouter Dieu (Es 50/4b « il éveille, chaque matin, il éveille mon oreille pour que j’écoute… ») ; et discerner la voix de Dieu. Sa prière était accompagnée d’actions de grâces : (Gn 24/26-27, 48, 52) après chaque réponse favorable.

b) Discerner le temps de Dieu : Gn24/13

Lieu de rencontre stratégique : « je me tiens près de la source d’eau et les filles des gens de la ville vont sortir pour puiser de l’eau. ». pourquoi a-t-il compris qu’il devait être à cet endroit et à cette heure précise ? Parce qu’il y avait une relation intime entre lui et Dieu par la prière. Nous avons l’exemple de Anne dans Luc 2/36-38  « étant survenue, elle aussi à cette même heure,… ». 

Cette intimité avec Dieu permet de recevoir une révélation particulière et précise de la part Dieu. « Car mes pensées ne sont pas vos pensées, Et vos voies ne sont pas mes voies, Dit l'Éternel » (Esaïe 55:8).

Normalement avant de s’engager avec quelqu'un, il faut discerner ou attendre le temps qu'il faut dans la patience pour enfin arriver à un état où vous ne doutez plus, où vous êtes convaincus de votre choix. Tant que vous avez des zones de doutes, vous ne devez vous engager avec personne dans les fiançailles.

c) Attention aux mauvais choix

 - Dina, la fille de Jacob et Léa : Gn 34/1 « Dina sortit pour voir » et verset 2 « elle aperçut de Sichem » « enlevée, coucha avec elle et déshonorée » : l’ennemi te dépouille de tout ce que tu as de précieux.

- Les deux filles de Lot : Gn 19/30-32 « en voulant aider Dieu, elles ont commis l’inceste » ; versets 36-38 : naissance aux moabites et ammonites devenus des ennemis d’Israël.

La précipitation ou l'impatience conduit toujours dans de mauvais choix ou de mauvaises voies, alors soyez patients pour entendre la voix du Seigneur en ce qui concerne votre choix pour les fiançailles.

Il est important de faire le bon choix car toute la vie en dépend : la vie affective, la vie professionnelle, la vie matérielle, et la vie spirituelle. Il faut réfléchir avant de bâtir (Luc14/28-30).

  • Que faire lorsque tu l’auras trouvé ? CC 3/1-4, 8/2 : il faut le conduire dans la maison de ma mère. Gn 24/21-22, 25, 28 « la jeune fille couru raconter ces choses à la maison de sa mère ».

  III -  Le temps qui sépare la promesse de mariage et le mariage lui-même est appelé : LES FIANÇAILLES 

 POURQUOI LES FIANÇAILLES ?

Gn 24/21-22 « l’homme la regarda avec étonnement et sans rien dire, pour voir si l’Eternel faisait réussir son voyage ou non », c’est un temps d’observation.

Un temps utile pour que les deux personnes qui veulent aller jusqu’au mariage, puissent consolider leur projet. C’est un temps de préparation au mariage et en même temps un début d'engagement au mariage. Et quand on parle de préparation de mariage, c'est la planification et la préparation de la vie après le mariage, c'est aussi apprendre à se connaître pour mieux s'harmoniser, mieux s'adapter l'un à l'autre et non pour se tester afin de voir si l'un ou l'autre nous convient.

Les fiancés peuvent partager et prier ensemble, échanger, c'est aussi une période où ils apprennent à devenir de bons amis et de meilleurs complices (Accorder les violons : Amos 3/3).

Ils peuvent se fréquenter mais sous la base de la crainte de Dieu afin d'éviter toute pratique qui pourrait être en abomination à Dieu ; sans aucun contact sexuel ou pratique tendant à envoyer vers les désirs sexuels; il faut le respect l’autre, de sa pureté (1Tim 5/22b « toi-même conserve toi pur », 1Co 6/19), CC4/12 : « tu es un jardin fermé, ma sœur, ma fiancé, une source fermée, une fontaine scellée », pas de conformité au monde, Et attendre jusqu’à ce que tout soit prêt. Un modèle, Marie et Joseph : Mt 1/18-24.

Il faut se contrôler : les sentiments (Mt15/19) et les pensées (Phil 4/8). Une force, c’est notre piété personnelle (1Thes 4/3-4). Enfin, il est aussi important qu'il ait de l'amour entre les fiancés, ce qui est primordiale pour débuter des fiançailles. Le véritable amour selon Dieu est une décision et non pas une forte émotion ni un coup de foudre. Lisons 2Co13/14 (PV) « Aimer, c’est faire confiance à l’autre et attendre le meilleur de lui ».

IV - Après les fiançailles, c’est le mariage (civil et religieux). Nous ne parlerons pas de mariage mais du COMPORTEMENT DE LA FEMME DANS LE FOYER A TRAVERS ABIGAÏL, FEMME DE NABAL, homme dure et méchant (1SAMUEL 25) 

RAPPEL : La femme fut créée pour aider et compléter la personnalité de l’homme.

Après avoir créé l’homme,  Dieu dit : « il n’est pas bon que l’homme soit seul, je lui ferai UNE AIDE semblable à lui. » Gn 2/18. Et dans, Gn 2/20b : « L’homme ne trouva point d’aide semblable à lui ». L’homme a été donc créé avec des émotions dont  la première fut la solitude.

Alors « Dieu forma une femme de la côte qu’il avait prise de l’homme, et il l’amena vers l’homme » (Gn 2/21-22). Qu’elle a été la réaction de l’homme ? Gn 2/23 «  Et l’homme dit, voici cette fois celle qui est os de mes os et chair de ma chair ! On l’appellera femme parce qu’elle a été prise de l’homme. »

Saint Augustin dit : « si Dieu avait voulu que la femme domine l’homme, il l’aurait fait sortir de la tête d’Adam. S’il avait voulu qu’elle soit son esclave, il l’aurait fait sortir de ses pieds. Mais Dieu a pris la femme du côté d’Adam car il voulait qu’elle soit son assistante et son égale. »

A cela Pearlman a ajouté que « la femme a été prise sous le bras de l’homme pour qu’il la protège et près de son cœur pour qu’il l’aime. »

La Bible décrit Abigaïl comme une femme de bon sens (très intelligente) (la beauté ou la parure intérieure). Elle avait aussi une beauté ou une parure extérieure : « belle de figure » (1 Sam 25/3).

PARLONS DE La parure (beauté) intérieure

  • (1Tim 2/9) : décente, discrétion (pudeur), simplicité (modestie), pas aguicheuse (séductrice) : la parure (beauté) extérieure  et (1Tim 2/10) : mais plutôt d’œuvres bonnes (parée de bonnes œuvres) ;
  • 1Pierre 3/4,5 « recherchez non pas la beauté que donne la parure extérieure » (ayez non cette parure extérieure)…, « mais celle qui émane de l’être intérieur » (mais la parure intérieure et cachée dans le cœur) : « la beauté impérissable d’un esprit doux et paisible » (la pureté incorruptible d’esprit doux et paisible), « à laquelle Dieu attache un grand prix » (qui est d’un grand prix aux yeux de Dieu) ; et Tite 2/3 parle de « l’extérieure qui convient à la sainteté ».

 SA RELATION INTIME AVEC DIEU (SA VIE SPIRITUELLE)

  •  Reconnaitre l’autorité, la souveraineté de Dieu. (verset 23) : « tombant sur sa face en présence de David et se prosterna contre terre » pour l’adorer et l’élever. Elle a entièrement confiance au Seigneur (verset 24a) « se jetant à ses pieds » : elle a foi en Dieu (Hé 11/1, 11).
  •  Reconnaitre ses fautes et ses erreurs devant le Seigneur (versets 24, 28) « à moi la faute, pardonne les fautes de ta servante » (Ps 62/9b et Ps 51). Elle s’identifie au pécheur dans sa prière pour défendre et plaider sa cause devant le Seigneur (1Jn1/7-10, 2/1-2).
  •  Savoir s’approcher du Seigneur par la prière avec assurance (Hé 4/16).

Après l’exposer de la situation par le serviteur (versets 14-16). Que faire ? (verset 17) Elle a compris immédiatement qu’il fallait s’approcher de David. Mais il fallait se préparer pour cette rencontre, intimité avec le Seigneur en lui apportant une offrande (verset 18 et Ps100 : l’offrande du fruit de nos lèvres).

  •  Savoir parler au cœur de Dieu (verset 24b) « permets à ta servante de parler à tes oreilles et écoute les paroles de ta servante », (PS 65/3) ; (verset 27) : « accepte ce présent », (Jér 33/3) ; (verset 31b) : « souviens-toi de moi ».
  •  Etre exaucée (verset 35) : « David prit de la main d’Abigaïl ce qu’elle lui avait apporté » (Ps 66/18,19). Exemples : Anne dans 1Sam 1/9-11, 19b-20 « l’Eternel se souvins d’elle… Anne devint enceinte et elle enfanta un fils… » et Rachel (Gn 30/22) « Dieu se souvint de Rachel, il l’exauça, et il la rendit féconde. »
  •  Etre une sentinelle pour défendre et protéger sa maison  (Lam2/18-19). Elle se lève comme une mère (Juges 5/7). Elle sait combattre pour ses frères, ses fils et ses filles, son mari (sa maison) (Né 4/14b).

D’AUTRES QUALITES

  •  Etre une bonne conseillère : elle donne des conseils qui permettent d’ouvrir les yeux et d’empêcher de mal faire. (1Sam 25/32-34) « David reconnu que l’Eternel l’a envoyé afin de lui empêcher de commettre une injustice envers les hommes de Nabal  et reconnu aussi son erreur.»
  •  Prompte à écouter, elle prend le temps d’écouter son interlocuteur : 1Sam 25/14-17 (Jacq 1/19-20 ; Pr17/27 ; Ec5/1a).

 Remarque : manque de communication entre Nabal et Abigaïl (1Sam25/19) « elle ne dit rien à Nabal, son mari ». Parce qu’il « il est si méchant qu’on ose lui parler » (1Sam 25/17).

Définition de communiquer : rendre commun, faire part, ouvrir son cœur etc.

But de la communication : (Amos 3/3) apprendre à mieux se connaitre, à mieux se comprendre.

Chercher à se connaitre : c’est un effort à faire avec persévérance.

Se comprendre c’est : s’entendre, s’accorder, vivre en bonne intelligence.

Il ne faut pas attendre d’être mariés pour communiquer : (Phil2/2 ; 1Co 1/10 ; Galates 6/2) partage des fardeaux mais aussi des encouragements. Par une bonne communication chacun peut ainsi progresser Phil2/4.

  • Connaitre son mari pour savoir parler à son cœur, à quel moment et comment lui parler (1Sam 25/19,36-37) « elle ne dit rien à Nabal, son mari », « le matin ».

(2Rois 4/9-10 : la Sunamite « elle dit à son mari : voici je sais que cet homme… est un saint homme de   Dieu » ensuite elle introduit sa demande : « faisons, mettons-y ». Elle sait impliquer son mari dans ses projets.)

Comment communiquer ?

  • Par la parole : attention aux paroles trop abondantes : Pro 10/19 et excessives sous l’emprise de la colère : Luc 6/45 et Pro 13/3
  • Par l’écoute, l’observation : bien écouter c’est se concentrer sur la personne qui communique, et exclusivement sur elle en la regardant.
  •  Prompte à se lever, à servir : 1Sam 25/18 « aussitôt » est un adverbe qui signifie tout se suite, immédiatement, sans attendre, mais il faut éviter l’impatience qui conduit à la précipitation et qui se solde par des mauvais choix qui peuvent compromettre le bon fonctionnement du foyer. Il faut agir avec beaucoup de sagesse.
  •  Elle est concernée par ce qui touche le foyer : 1Sam 25/17 « sache maintenant et voie ce que tu as à faire, CAR (conjonction de coordination qui signifie parce que : conséquence) la perte de notre maître et de toute sa maison est résolue » (y compris Abigaïl, enfants, serviteurs, etc.) (1Sam 25/22, 34).
  •  Etre une femme humble : verset 14a « un des serviteurs de Nabal vint et dit à Abigaïl » ; (verset 23) « lorsqu’Abigaïl aperçut David, elle descendit rapidement de l’âne » contrairement à son mari verset 17b « il est si méchant qu’on ose lui parler » ; 1Pierre 5/5b  « Dieu résiste aux orgueilleux mais il fait grâce aux humbles ».

 Je termine  cette étude par deux points que les femmes n’aiment pas trop entendre, mais c’est biblique.

 Les relations conjugales

Lisons d’abord Gn 2/24 : L’homme quittera : acte public  = aspect officiel : quitter ; L’homme s’attachera (en grec) : adhérer, se coller = aspect sentimental, affectif : s’attacher (le mariage est indissoluble). Ils deviendront une seule chair : union physique mais aussi spirituelle (1Co 6/19), = aspect physique : une seule chair. L’union physique est l’aboutissement et non le commencement.

 Lisons : 1Co 7/3-5 LS) « Que le mari rende à sa femme ce qu'il lui doit, et que la femme agisse de même envers son mari.  La femme n'a pas autorité sur son propre corps, mais c'est le mari; et pareillement, le mari n'a pas autorité sur son propre corps, mais c'est la femme. Ne vous privez point l'un de l'autre, si ce n'est d'un commun accord pour un temps, afin de vaquer à la prière; puis retournez ensemble, de peur que Satan ne vous tente par votre incontinence. »

La soumission 

Soumises à leurs maris (Ep5/22, col3/18, 1P3/1, 1Co 4/34). Dans quel but : « afin que la parole de Dieu ne soit pas blasphémée. » (Col3/18b) «  Comme il convient dans le Seigneur » Eph 5/22 « comme dans le Seigneur » (avec // soumission JC au Père et église à JC).

Conclusion

  •  1Pierre 3/8-9 : pas de vengeance, ni de colère, mais plutôt le pardon et l’amour réciproque (Ep. 5/25 ; Pr 15/17-18 et Rm 13/10).
  •  Phil 2/3-4 : Les sentiments qui étaient en JC doivent animer chacun des conjoints.

Phil 2/5-8 = CONSEQUENCES « c’est pourquoi » Phil 2/9-11 = bénédictions.

Une femme qui se comporte ainsi attire la bénédiction dans son foyer. La Bible parle de la femme sage  c’est-à-dire qui met en pratique la parole de Dieu (Jacques 1/23-25), bâtit sa maison. Mais l’insensée la détruit (la rebelle, l’insoumise, etc.), (Pr 14/1). Soyons des femmes sages et s’il nous manque la sagesse demandons là au Seigneur (Jaques 1/5) ; celle qui vient d’en haut (Jacques 3/13,17-18).

 AMEN QUE LE SEIGNEUR VOUS BENISSE§§§